Licence CC BY-SA

Les conditions

Dernière mise à jour :
Auteurs :
Catégorie :

Entrons maintenant dans le royaume des conditions. Comme c’est un concept assez complexe à expliquer, je vous propose d’étudier d’abord le principe dans un premier temps, puis de voir son utilité dans un deuxième temps.

Les bases

Tout d’abord, il faut savoir que Sass nous permet d’effectuer des tests sur nos variables. Par exemple, on peut vérifier que la variable $truc vaut 42. Pour cela on utilise l’opérateur ==, comme ceci :

1
$truc == 42

Ce test a pour résultat un booléen. Ce booléen vaudra true si le test est positif (si $truc vaut bien 42) ou false si le test est négatif (si $truc ne vaut pas 42). Il existe six opérateurs différents pour faire des tests :

Opérateur Exemple Test positif si…
== $truc == 42 $truc égal 42
!= $truc != 42 $truc différent de 42
< $truc < 42 $truc inférieur strict à 42
> $truc > 42 $truc supérieur strict à 42
<= $truc <= 42 $truc inférieur ou égal à 42
>= $truc >= 42 $truc supérieur ou égal à 42

J’ai mis les deux premiers en gras car ce sont les seuls que j’ai déjà utilisé dans la pratique. Les autres sont, à mon humble avis, plus anecdotiques.

Intéressons-nous maintenant à la directive @if. Elle attend une condition à évaluer (le plus souvent un booléen) et un bloc de code entre accolades. Elle s’utilise comme ceci :

1
2
3
4
5
p{
  @if $condition {
    color: red;
  }
}

La condition à évaluer est ici $condition :

  • si $condition vaut true ou n’importe quoi autre que false ou null, alors le bloc de code sera inséré :
1
2
3
p {
  color: red;
}
  • si $condition vaut false ou null alors Sass ignorera le bloc de code.

Comme vous devriez le deviner, on peut remplacer $condition par l’un des tests vus précédemment :

1
2
3
4
5
6
7
8
9
$var: 'bidule';
p {
  @if $var == 'bidule'{
    color: red;
  }
  @if $var == 'machin'{
    color: blue;
  }
}

Le code généré sera :

1
2
3
p {
  color: red;
}

@else, @else if…

Passons à des choses plus complexes… On veut dire ceci à Sass :

1
2
3
4
SI $var == 'bidule'
  Appliquer color: red;
SINON
  Appliquer color: blue;

La directive Sass pour dire « SINON » est @else. Elle s’utilise ainsi :

1
2
3
4
5
6
7
8
p{
  @if $var == 'bidule'{
    color: red;
  }
  @else{
    color: blue;
  }
}

Donc, si on a $var: 'chose'; alors le code généré sera :

1
2
3
p {
  color: blue;
}

Encore plus compliqué. On veut que Sass comprenne ceci :

1
2
3
4
5
6
SI $var == 'bidule'
  Appliquer color: red;
SINON SI $var == 'machin'
  Appliquer color: green;
SINON
  Appliquer color: blue;

Pour dire « SINON SI » à Sass, on va employer @else if, comme cela :

 1
 2
 3
 4
 5
 6
 7
 8
 9
10
11
p{
  @if $var == 'bidule'{
    color: red;
  }
  @else if $var == 'machin'{
    color: green;
  }
  @else{
    color: blue;
  }
}

Deux trois choses à savoir (qui peuvent sembler évidentes à certains d’entre vous) :

  • Les directives @else et @else if sont optionnelles.
  • On peut utiliser autant de @else if que l’on veut après un @if, il ne peut y a voir qu’un @else.
  • Le @else se place toujours en dernier, après le/les @else if s’il y en a.
  • Il y a une grande différence entre plusieurs @if d’affilée et un @if suivi de plusieurs @else if. Dans le premier cas, Sass évalue chaque condition individuellement. Dans le second, si l’une des conditions est remplie, alors Sass ne regardera pas les suivantes.

Voilà pour la théorie, voyons maintenant à quoi ça sert dans la pratique…

Mini-TP : un mixin bien compliqué

Prérequis

Passons maintenant à la pratique, et j’ai décidé de vous laisser un peu libres. Vous vous souvenez des mixins « media-queries » que nous avions codés il y a quelques chapitres ? Je vous avais suggéré de faire un mixin par appareil (mobile, ordinateur de bureau, etc.). Il y a mieux. Nous allons créer un unique mixin breakpoint qui accepte un argument (le nom de l’appareil) et qui génère la media-query correspondante.³ Voici par exemple ce que j’attends :

 1
 2
 3
 4
 5
 6
 7
 8
 9
10
11
\\SCSS :
p{
  @include breakpoint(mobile){
    font-size: 16px;
  }
}
\\Ce qui donne en CSS :
@media screen and (max-width: 640px) {
  p {
    font-size: 16px;
}}

Je veux que votre mixin accepte au moins mobile, tablette et ordi en argument. Si on donne une valeur différente, Sass doit afficher un message d’erreur et ne pas générer de code CSS. Pour cela, vous devez utiliser la directive @error dont nous n’avons pas encore parlé, qui s’emploie ainsi :

1
@error "L'argument $appareil ne peut valoir que mobile, tablette ou ordi.";

Voilà, vous savez tout, à vous de jouer !

La solution

Fini ? Je vous laisse comparer votre solution avec la mienne. Si vous bloquez, vous pouvez toujours regarder un petit extrait puis ré-essayer par vous-même.

 1
 2
 3
 4
 5
 6
 7
 8
 9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
@mixin breakpoint($appareil){
  @if $appareil == mobile{
    @media screen and (max-width: 640px){
      @content;
    }
  }
  @else if $appareil == phablette{
    @media screen and (min-width: 640px){
      @content;
    }
  }
  @else if $appareil == tablette{
    @media screen and (min-width: 800px){
      @content;
    }
  }
  @else if $appareil == ordi{
    @media screen and (min-width: 1024px){
      @content;
    }
  }
  @else{
      @error "L'argument $appareil ne peut valoir que mobile, phablette, tablette ou ordi.";
      //Cette directive affiche une erreur et bloque la conversion en CSS.
      //Elle est utile pour vérifier si un argument a une valeur cohérente.
  }
}

Un peu mieux…

Comme tout TP, ce mixin n’est pas parfait. En effet, il est généralement déconseillé de choisir des breakpoints (points d’arrêts) spécifiques à un appareil. De nouveaux écrans apparaissent chaque année, plus petits (smartwatches) ou plus grands (phablettes, télévisions connectées). Il est donc recommandé de définir ses breakpoints en fonction du contenu.

Adaptons notre mixin pour qu’il utilise des variables plutôt que des largeurs d’écran fixes :

 1
 2
 3
 4
 5
 6
 7
 8
 9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
$bp-S: 640px !default;
$bp-M: 800px !default;
$bp-L: 1024px !default;

@mixin breakpoint($bp){
  @if $bp == xsmall{
    @media screen and (max-width: $bp-S){
      @content;
    }
  }
  @else if $bp == small{
    @media screen and (min-width: $bp-S){
      @content;
    }
  }
  @else if $bp == medium{
    @media screen and (min-width: $bp-M){
      @content;
    }
  }
  @else if $bp == large{
    @media screen and (min-width: $bp-L){
      @content;
    }
  }
  @else{
      @error "L'argument $bp ne peut valoir que xsmall, small, medium et large.";
  }
}

Ainsi, on ne pense plus en terme d’appareils, mais de présentation de la page, de la plus étroite à la plus large. Les variables ont des valeurs par défaut, mais qui sont faites pour être modifiées selon le projet (il faut faire des tests pour déterminer les bons breakpoints, par exemple en utilisant ish.).

Si vous enregistrez ce code dans une feuille partielle à part, vous pourrez ensuite l’importer dans chacune de vos feuilles de styles, en changeant auparavant les valeurs par défaut (c’est tout l’intérêt de !default) :

1
2
3
4
$bp-S: 500px;
$bp-M: 980px;
$bp-L: 1250px;
@import 'partials/breakpoint';

C’est tout pour ce TP, il y a sans doute d’autres améliorations possibles. Pour approfondir, vous pouvez regarder du côté de Breakpoint Sass (en), qui propose un mixin comme le nôtre (mais en plus complet).


En résumé

  • La directive @if permet d’indiquer qu’un bloc de propriétés ne doit être appliqué que si une certaine condition est remplie. On l’utilise ainsi :
1
2
3
@if $une_variable == "quelque chose"{
    color: red;
}
  • Les directives @else if et @else permettent de créer des structures conditionnelles plus complexes. Elles sont facultatives et signifient respectivement « Sinon Si » et « Sinon ».

Pour s’entraîner

Pourquoi ne pas modifier un peu notre mixin button ? Imaginons un instant un mixin qui n’accepte qu’un seul argument $style ? Si $style vaut "light", alors on obtient un bouton avec un fond clair, s’il vaut $dark on obtient un bouton au fond sombre.