Le lâcher-prise : la gestion du stress

Prendre conscience de soi et vivre le moment présent

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Reprise du dernier message de la page précédente

Bonjour, merci des retours, comment puis-je adapter le ton ? En présentant mes propos comme des notions de probabilité forte que de vérité ? A vrai, dire je ne sais pas comment inculquer/partager/enseigner une culture à une personne qui en a déjà une, j’ai l’impression qu’il y aura toujours un rapport de force et paraître comme une religion.

@lhp22 A partir de quel moment le remarques-tu ?

Édité par Pincée d'air

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Bonjour Pincée d’air,

J’éprouve la même sensation que les deux précédents relecteurs. Et, c’est important de le noter, ce n’est pas forcément grave. Avant d’écrire un texte de vulgarisation, je pense qu’il y a deux questions fondamentales à se poser :

  • Quelles idées souhaitè-je faire passer ?
  • Quel est mon public cible ?

La cible pouvait être un âge, un métier, un type de personnalité… Je ne me prononce pas sur les deux relecteurs précédents, mais je suis ma part rationaliste, cartésien. Et de ce que je lis, je ne suis pas du tout le public cible de ton tuto. Les critiques qui suivent sont donc à prendre avec tout le recul nécessaire : selon à qui tu t’adresses, elles peuvent être hors-sujet.


Dès l’intro, ce sentiment de « vérités indiscutables », « parareligieux » me saute aux yeux. Les deux premières raisons sont

  • des définitions prêtant à confusion, qui t’arrangent, et non justifiées ;
  • des « vous devez faire ça » plutôt que « voilà pourquoi vous devriez faire ça ».

Rappel des deux premières phrases (gras de moi) :

Au cours de notre vie, nous vivons des situations inconfortables. Ces situations risquent de provoquer une remise en question de notre état, de nos capacités et de nos liens avec notre entourage ou de notre travail.

Perso, je pense que c’est bien. Si. Les situations inconfortables nous poussent entre autres à nous remettre en question, à nous interroger sur nos capacités réelles et sur les liens que nous entretenons. Je ne veux pas lâcher-prise, je veux résoudre le problème. Au passage, ce côté, si tu as des ennuis, laisse couler et tend la joue gauche, ça fait très parareligieux. Dès la deuxième phrase, donc.

Je ne vais pas analyser chaque phrase, donc un peu en vrac :

  • c’est quoi, le dialogue intérieur ?
  • « il y a des personnes qui nous donnent l’impression d’avoir une vie illuminée sans aucun stress » ; j’ai pensé spontanément, « en effet, des illuminés »…
  • « Notez que je ne fais aucune distinction entre les termes « bien-être », « heureux », « bonne humeur » et « bonheur ». Dans ce cours ces quatre mots définissent le même état de confort. » ; ce qui est contestable.
  • À la fin de l’intro, on ne sait toujours pas ce qu’est le lâcher-prise
  • Ton exemple du boulanger ne me semble pas adapté. On peut contrôler (surveiller, s’assurer que tout va bien), sans tout maitriser (faire soi-même). Tu ne fais pour ta part pas de différence entre controle et maitrise. En te basant sur une situation peu réaliste (la boulanger qui passe de boulangerie en boulangerie pour faire tout son pain lui-même), ton analogie perd en force et en pertinence.

J’arrête ma lecture ici avant « La prise de conscience de soi ».

Aucune source, définition absente, ou fusion de divers termes (donc perte de subtilité), but présenté comme évidemment nécessaires… Je ne peux pas adhérer.


Je voudrais introduire une notion que je trouve à la fois amusante et pertinente : le foutaisomètre (bullshitometter en anglais). C’est la mesure que nous faisons implicitement devant une phrase du niveau de connerie / foutaise de celle-ci. Pour une phrase normale, « j’aime les pates », c’est bas. Pour une phrase complexe avec un sens profond, c’est aussi bas : il y a un vrai sens. Pour une phrase pseudo-profonde, comme

Tout le monde sait qu’un désordre psychopathologique est l’extériorisation d’un processus dont l’énergie hante les surfaces et régénère les polarités discontinues.

, le niveau de foutaise est élevé. La phrase ayant été générée aléatoirement par ce site, je sais qu’il n’y a aucune profondeur cachée par l’auteur.

Un foutaisomètre bien réglé saura différencier une vraie parole pleine de sagesse, un simple jeu littéraire et une foutaise pseudo-profonde pour vous vendre des trucs. Je ne suis pas sûr que ça puisse exister, un foutaisomètre bien réglé.

Mon foutaisomètre est très sensible. Il est parti dans le jaune dès le sous-titre et s’active dès qu’on parle de développement personnel. Je pense que c’est aussi le cas des deux derniers relecteurs.

Deux source de vulga dessus (en espérant ne pas me tromper, j’ai fait une recherche en vrac pour les retrouver…) :


Pour finir, je voudrais insister sur deux choses :

  • Aucune source n’est pas acceptable pour moi. D’où tiens-tu tes connaissances ? Comment sais-tu que ça marche ? Y a-t-il des références du lâcher prise ?
  • Ce commentaire est celui d’un rationaliste, dubitatif vis-à-vis du développement personnel. J’espère qu’il t’apportera des réponses, mais chercher à répondre aux points soulevés n’est pas forcément une bonne idée selon le public cible.

En espérant ne pas avoir été désagréable. X/ Ce n’est aucunement mon but.

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+1 -0
Auteur du sujet

On m’a déjà proposé des sources et j’avais quelques réticences :

  • Il faut que je trouves des sources fiable ;
  • Je ne sais pas où les trouver ;
  • J’ai peur qu’elles abordent plus le côté scientifique/théorique, et je voulais quelques choses d’accessible.

Je pense que mon contenu n’a pas sa place sur Zeste de savoir, je vais le fermer.

+0 -0

Staff

Salut,

J’ai pas mal tiqué en tant que validateur quand j’ai lu ce message

On m’a déjà proposé des sources et j’avais quelques réticences :

  • Il faut que je trouves des sources fiable ;
  • Je ne sais pas où les trouver ;
  • J’ai peur qu’elles abordent plus le côté scientifique/théorique, et je voulais quelques choses d’accessible.

Je pense que mon contenu n’a pas sa place sur Zeste de savoir, je vais le fermer.

Pincée d’air

Si tu ne sais pas où trouver des sources fiables, d’où sors-tu le contenu de ton tutoriel ? Quand on traite de sujets plutôt complexes et loin de faire consensus comme celui du développement personnel, il est important de recouper plusieurs sources. Si certaines se contredisent, ce n’est pas un problème, mais c’est quelque chose qu’il faut souligner pour montrer au lecteur que les questions traitées n’ont pas des réponses gravées dans le marbre. Sur des thèmes pareils, forcément que ton tutoriel sera orienté par disons une philosophie personnelle qui te fait penser que telle ou telle approche du sujet est meilleure, ce n’est pas un problème tant que le contenu reste ouvert vers des approches alternatives, même si ce n’est qu’en les pointant brièvement. Par contre, l’état actuel des choses où tu présentes ce qui semble être ta vision personnelle des choses est difficile à valider comme contenu de partage de connaissances. Ça pourrait faire un billet par contre.

Le troisième point que tu soulèves est un faux problème. Tu n’as pas forcément besoin que tes sources soient autant accessibles que ton tutoriel (j’ai même tendance à dire qu’on s’attend au contraire pour que le tuto ait un fort intérêt).

PS : les alertes ne sont pas l’endroit pour demander un retour des validateurs, l’envoi en validation est le bon.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+4 -0
Auteur du sujet

Je ne savais pas qu’on pouvait utiliser la validation pour cet usage, je pensais que le sujet de bêta était adéquat.

Si tu ne sais pas où trouver des sources fiables, d’où sors-tu le contenu de ton tutoriel ? Quand on traite de sujets plutôt complexes et loin de faire consensus comme celui du développement personnel, il est important de recouper plusieurs sources. Si certaines se contredisent, ce n’est pas un problème, mais c’est quelque chose qu’il faut souligner pour montrer au lecteur que les questions traitées n’ont pas des réponses gravées dans le marbre.

[…]

Par contre, l’état actuel des choses où tu présentes ce qui semble être ta vision personnelle des choses est difficile à valider comme contenu de partage de connaissances.

Je n’ai pas dis personnelle, j’ai utilisé le mot "fiabilité".

J’ai retranché toutes mes informations d’articles à partir de note que j’ai prise sur un corpus assez large d’articles/bouquins/revues à ce sujet, mais c’est loin d’être des articles/documents scientifiques. J’ai eu l’occasion de feuilleté une large gamme de bouquin, et si vous trouvez mes articles de para-religieux (alors que rien ne va dans ce sens, je fais toujours en sorte d’indiquer que c’est l’individu qui à les réponses de façon autonome), je vous déconseille de lire les bouquins que j’ai lu à ce sujet, ou dieu/l’organisation est glissé comme unique solution (ces bouquins sont une perte de temps incroyable).

Le principale problème, c’est que ma principale source vient d’hebdomadaire ou de livres que j’ai pu trouver dans des médiathèques ou je suis tombé par hasard sur quelques un en librairie. Je dois peut-être pouvoir retrouver les références (mais les couvertures auront forcement changé). Je ne sais pas si on peut qualifier ces revues de source mais elles répétaient toutes plus ou moins la même chose, retranchable via internet avec des sites tout aussi fiable. Au vue de certain tutoriels sur Zeste de Savoir sans source dans les sciences humaines, je ne pensais pas avoir à fournir une bibliographie.

A part ce problème de source, j’ai clairement raté l’écriture de ce contenu, au vu de ce qu’on me reproche. A partir du 3ème paragraphe (toujours mon intro), on m’indique déjà que mon tutoriel fait du bourrage de crâne. Alors que je commence à peine ma phrase d’accroche.

Édité par anonyme

+0 -0

Staff

Le principale problème, c’est que ma principale source vient d’hebdomadaire ou de livres que j’ai pu trouver dans des médiathèques ou je suis tombé par hasard sur quelques un en librairie. Je dois peut-être pouvoir retrouver les références (mais les couvertures auront forcement changé). Je ne sais pas si on peut qualifier ces revues de source mais elles répétaient toutes plus ou moins la même chose, retranchable via internet avec des sites tout aussi fiable. Au vue de certain tutoriels sur Zeste de Savoir sans source dans les sciences humaines, je ne pensais pas avoir à fournir une bibliographie.

2 points :

  • Une source papier est une source, tout autant valable qu’une source numérique (je cite beaucoup de livres sur mon tuto de carto) ;
  • Pardon, des tutoriels sans sources en SHS ? o.O J’en ai validé quelques uns et je suis assez pointilleux pour qu’il y ai une bibliographie.

La tero estas nur unu lando | Géographe de service | Cliquez 👍 pour dire merci

+2 -1
Auteur du sujet

Si je dois rajouter des liens à la fin de mon tutoriel je le ferais (apparemment les sources sont au sens large, j’avais compris que je devais mettre des source de type article scientifique.

La question dont j’attends une réponse est : Est-ce que ce que j’ai fais actuellement est exploitable ? Ou n’a pas sa place en tutoriel :(

+0 -0

Je pense que c’est exploitable, et je suis même positivement content qu’un tel tutoriel existe. Mais attends toi à deux choses :

  • Même avec une reprise du ton de ton article, des gens vont certainement réagir (un peu capillairement je dois dire, désolé ^^") un peu comme nous. In fine :
  • Quel genre de sources as-tu ? A titre personnel, je suis curieux.

En fait, ça va surtout dépendre des sources que tu as. Pour essayer d’éliminer un peu le ton qui nous dérange, je te conseillerai d’essayer de construire autour de celle-ci. Si personne ne le fait, je t’écrirai sans doute un pavé d’ici un ou deux jours, quand j’aurai le temps de le faire :)

+0 -0
Auteur du sujet

Hebdomadaires, livres spécialisés/grands public. Le problème c’est que j’ai essentiellement validé mes notes ou pris des notes sans forcement prendre les références du livres. :euh: Je peux retrouver mes sources les plus importantes (si je retrace mon chemin dans les médiathèques, mais ça ne sera pas avant la fin du confinement). Essentiellement des livres et très peu de lien internet (bien que je peux trouver des articles qui aillent dans mon sens).

J’ai retranché toutes mes informations d’articles à partir de note que j’ai prise sur un corpus assez large d’articles/bouquins/revues à ce sujet, mais c’est loin d’être des articles/documents scientifiques. […] Le principale problème, c’est que ma principale source vient d’hebdomadaire ou de livres que j’ai pu trouver dans des médiathèques ou je suis tombé par hasard sur quelques un en librairie.

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte