Epita après un DUT ?

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Bonjour à tous,

J’arrive au terme de formation en DUT Réseaux et Télécommunications et je cherche des écoles d’ingénieurs à intégrer. J’avoue que l’Epita m’a réellement tapé dans l’œil, mais je me demande si j’ai le niveau suffisant pour l’intégrer. Je tourne à 15,3 de moyenne au cours de ma première année (majorante) et est ce que cela suffit pour Epita ?

Merci à tous pour vos réponses !

+0 -0

Epita est une bonne école d’ingé info.

Très orienté technique. Son mode de fonctionnement (Ionis Education…) par-contre, n’est pas forcément idéal pour tout le monde. En gros, l’essentiel est enseigné par des gens d’année supérieur. Tu n’as jamais de vrai référent à qui te raccrocher et une grosse partie de l’enseignement est basé sur des projets. Ça reste très formateur.

Aussi, c’est une école privée un peu chère (~10 000€ l’année) et à Paris (VilleJuif je crois, dont bon, faut avoir un peu les moyens quand même).

Je pense que tu t’inquiètes beaucoup pour peu. 15.3 est une moyenne tout à fait honorable si tu fini ta deuxième année comme cela effectivement tu peux facilement intégrer une école d’ingé.

Pour candidater.

Je précise, je n’ai rien à voir avec Epita. J’ai fais une école d’ingé info mais ce n’est pas celle-ci. J’essaye vraiment de donner un avis impartial.

Édité par ache

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+1 -0

Salut,

Est-ce que cette école t’as tapé dans l’œil parmi d’autres ou parce que c’est celle dont tu as le plus entendu parler ?

Il y a aussi de nombreuses écoles publiques qui sont moins chères et avec un enseignement de qualité similaire voire supérieure. Le choix dépendra ensuite du contenu exact des programmes par rapport à ton projet professionnel.

Édit. : Beaucoup d’écoles, même cotées, sont accessibles sur dossier après DUT. C’est indiqué sur leur sites.

Édité par Aabu

+5 -0

En gros, l’essentiel est enseigné par des gens d’année supérieur. Tu n’as jamais de vrai référent à qui te raccrocher et une grosse partie de l’enseignement est basé sur des projets. Ça reste très formateur.

ache

Ça sonne un peu comme "il n’y a pas d’équipe pédagogique, pas de programme pédagogique, et on mise sur le démerdez-vous". Perso, je suis pas fan d’une telle approche, surtout quand les étudiants claquent 10000 balles pour y entrer.

Salut,

D’abord, 15.3 de moyenne, et major, semble tout à fait honorable, mais de toutes façons c’est une moyenne de notes données par ton établissement, tu ne peux pas savoir comment ça va être considéré par celui auquel tu postule, peut être que ton établissement est jugé exigeant par celui dans lequel tu postule, et qu’ils te prendront avec 10, peut être qu’ils ne prendront pas avec 17… Dans tous les cas, c’est le travail de leur service d’admission de connaître les autres établissements et d’estimer si tu vas avoir un niveau cohérent avec le reste de la promotion. De fait, ne te pose pas de question, envoie ta candidature, ils te diront eux même ce qu’ils en pensent. Si, à la fin, tu n’es refusé(e) dans aucune des formations auxquelles tu as postulé, c’est que tu n’as pas postulé à des écoles assez sélectives pour savoir comment tu es vraiment évalué(e) (ou que tout le monde accepte ton dossier, mais j’ai jamais été assez doué pour ça).

Attention néanmoins, j’ai bien dit que ça permettait de savoir comment tu es évalué(e), pas de savoir ce que tu vaux. Déjà parce que ta valeur ne dépend pas des études que tu fais, ensuite parce que les services de recrutement cherchent des indices dans ton dossier mais peuvent se tromper. Le fait de postuler à plus de formations permet d’ailleurs de compenser une partie de ces aléas. Il est normal de postuler à 10 formations, d’être refusé dans 5, et d’en décliner 4 sur les 5 où on est admis.

Pour ce qui est de l’Epita, comme l’a dit @che, c’est globalement une bonne école, très orientée technique, et très orientée pratique (assez pour te dégoûter si tu n’as pas d’affinité pour la programmation logicielle). Quand je dis bonne, il faut comprendre "sans problème notable". Tout n’est pas parfait, mais les anciens de l’école en parleront mieux que moi, et il faut être conscient que ce n’est parfait nul part (il y a des endroits où c’est catastrophique, et l’Epita n’en fait pas partie). Pour le côté "l’Epita m’a réellement tapé dans l’œil", c’est par contre une caractéristique de cette école: ils sont très bons en communication, ils font connaître leur formation, et lui donnent une image sexy. L’école n’est pas extra-ordinaire, leur taux d’emploi est du même ordre que les autres écoles d’informatique (ce qui est supérieur aux ingénieurs en général), les salaires sont assez élevés parce qu’une bonne part des étudiants commence sa carrière en région parisienne, et beaucoup de points forts de l’école se retrouvent chez les autres écoles d’ingénieur en informatique.

Dans la région, je te suggère notamment de postuler à Telecom Paris et à Supelec (les DUT sont pris en apprentissage uniquement pour cette dernière), ce sont d’excellentes écoles, à mon sens des références dans le domaine, et qui sont de fait assez sélectives, mais ce serait une erreur de ne pas tenter, surtout en étant major de promo.

Il y a des formations de très bon niveau un peu partout en France, y compris des écoles qui ont d’autres branches mais sont très bien reconnues dans le domaine, comme l’INSA Rennes (ou sa grande soeur l’INSA Lyon) ou l’UTC.

Pour information, j’ai fait l’ESEO à Angers, directement après le BAC, mais elle propose aussi une admission post-IUT, je ne l’ai pas mentionnée ci-avant parce que je la considère comme l’EPITA, c’est une bonne école, mais sans plus, et c’est une école privée, comme l’EPITA, ce qui représente des frais supplémentaires (sans que la formation ne soit meilleure). Aurais-je mieux fait de suivre mes propres conseils et d’aller à Supélec ? Mon diplôme aurait été mieux reconnu, mais ça n’aurait pas changé fondamentalement l’apprentissage, professionnellement on remarque que les anciens des écoles les plus sélectives sont généralement plus à l’aise sur les sujets les plus mathématiques, mais ça ne change pas fondamentalement ce à quoi on peut aspirer. Cela dit, la raison pour laquelle je n’ai pas suivi mes propres conseils, c’est que je n’étais pas major de promo ^^. (J’ai quand même suivi mon conseil de postuler à des écoles où j’étais sûr d’être refusé).

Édité par Jacen

+5 -0

Les anciens élèvent d’EPITA doivent facilement être trouvable sur IRC si tu veux plus d’avis.

En gros, l’essentiel est enseigné par des gens d’année supérieur. Tu n’as jamais de vrai référent à qui te raccrocher et une grosse partie de l’enseignement est basé sur des projets. Ça reste très formateur.

ache

Ça sonne un peu comme "il n’y a pas d’équipe pédagogique, pas de programme pédagogique, et on mise sur le démerdez-vous". Perso, je suis pas fan d’une telle approche, surtout quand les étudiants claquent 10000 balles pour y entrer.

Ksass`Peuk

C’est du factuel. Je ne donnais pas mon avis. Il faut avouer que pour certaines personnes ça marche. Après, pour une partie, ça ne marche pas du tout.

Il a quand même une partie de cours à proprement parler.

Édité par ache

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+0 -0

C’est du factuel. Je ne donnais pas mon avis. Il faut avouer que pour certaines personnes ça marche. Après, pour une partie, ça ne marche pas du tout.

Il a quand même une partie de cours à proprement parler.

ache

Je n’ai, pour ma part, aucun problème avec cette méthode pédagogique. Mon problème (et celui des autres qui ont réagi à cela, je pense) c’est que l’année à 10 000 €/an me semble dès lors peu justifiée et peu compétitive.

+3 -0

Bon et bien puisque tout le monde se permet de donner son avis.

Moi j’ai un problème avec les deux. Je trouve que la méthode pédagogique qui laisse sur le carreau la moitié d’une classe c’est pas une méthode pédagogique, c’est un filtre grossier. Un moule sociétal au rabais tout au pire. De là à dire que l’objectif de l’équipe pédagogique n’est pas la réussite des élèves, il n’y a qu’un pas; que du coup, je me permets de franchir allègrement.

Et rien ne justifie 10k l’année. C’est quoi une école qui demande d’avoir les moyens ? C’est un retour aux écoles pré-révolutionnaires pour privilégiés, par des privilégiés. Je me demande ce que ça fait de s’acheter un diplôme.

L’École a la chance d’avoir un programme orienté pratique et de jouir d’un bon réseau et d’une bonne réputation. Le reste, je désapprouve totalement. L’OP pose une question précise, j’essaye d’y répondre. Il n’a pas posé la question « Dois-je allez à Epita ». Auquel cas j’aurais certainement répondu : « Ça dépend de tes objectifs ».

PS: Ah ! J’oubliais, le cercle associatif d’EPITA est vraiment cool. C’est le cas également d’autres écoles mais il est particulièrement connu.

Édité par ache

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+2 -0

La méthode convient à certains, c’est tout. C’est particulier, mais en fait ça fonctionne, et je pense que ça c’est qui est intéressant : que des personnes qui n’y arrivent pas dans le système classique trouve une alternative qui fonctionne pour eux.

Pour le prix, il faut simplement savoir que le public fonctionne très très bien, mais ils sont moins bons communicants.

+0 -0

Et d’ailleurs, les établissements publics ne sont pas forcément moins bons communicants. C’est juste qu’ils ont souvent une réputation établie et suffisamment de candidats à l’admission pour ne pas avoir besoin de communiquer vers les candidats. Et pour ceux qui auraient des problèmes de notoriété envers les candidats, le budget allouable aux opérations de communication peut être limité, vu que leur survie n’est souvent pas en jeu à court terme, contrairement aux écoles privées…

+1 -0

C’est quoi une école qui demande d’avoir les moyens ? C’est un retour aux écoles pré-révolutionnaires pour privilégiés, par des privilégiés. Je me demande ce que ça fait de s’acheter un diplôme.

Le cas des écoles d’ingénieur en informatique en France est assez particulier, parce que tu peux très facilement te financer avec un prêt étudiant : vu que finir l’école te garantit un bon salaire, obtenir le crédit sera très facile.

Cela dit, est-ce réellement intéressant de commencer sa vie professionnelle avec une dette non négligeable sur les épaules, quand des alternatives de bonne qualité existent ?

La communication des écoles privées en France est aussi facilitée par l’abondance de médias en provenance des USA (ou autres), pays dépeints comme là où les bonnes écoles sont privées et où le public c’est vraiment pour les gens qui ne peuvent pas se payer autre chose. Résultat, un étudiant mal renseigné pourrait croire que la situation est identique en France (et vu le niveau moyen des conseillers d’orientation, ça n’est pas eux qui vont aider).

C’est quoi une école qui demande d’avoir les moyens ? C’est un retour aux écoles pré-révolutionnaires pour privilégiés, par des privilégiés. Je me demande ce que ça fait de s’acheter un diplôme.

Le cas des écoles d’ingénieur en informatique en France est assez particulier, parce que tu peux très facilement te financer avec un prêt étudiant : vu que finir l’école te garantit un bon salaire, obtenir le crédit sera très facile.

Ça c’est la théorie. La pratique c’est qu’une partie des étudiants ne fini jamais l’école et se retrouve avec une dette très difficile à rembourser, surtout sans diplôme. Sans garant il est très difficile d’obtenir un tel prêt étudiant de toute façon. (qu’on ne me parle pas d’un prêt garantie par l’état qui ne couvre même pas les frais des premiers mois à moins d’étaler le payement de la première année sur une année). Le prêt étudiant n’est là encore réservé qu’à ceux qui ont les moyens. Même dans le cas où tu obtiens effectivement ce fameux prêt, il faudra au moins 1 ans avant de pouvoir le rembourser après l’école.

Ce que je constate c’est qu’en France, il n’y a que les écoles publiques qui sont ouvertes à ceux qui n’ont pas les moyens. Et que du coup, ce sont les plus réputés car la demande est très forte. D’où la nécessité de bien préparer les concours post bac et de correctement travailler en prépa, L1/L2, ou IUT.

Édité par ache

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+0 -0

Ce que je constate c’est qu’en France, il n’y a que les écoles publiques qui sont ouvertes à ceux qui n’ont pas les moyens. Et que du coup, ce sont les plus réputés car la demande est très forte.

Elles ne sont pas réputées car la demande est très forte, c’est l’inverse : la réputation fait la demande. La réputation étant dure à acquérir et issue de plein de choses dont la qualité perçue des diplômés par les employeurs (avec une rétroaction de la réputation de l’école aussi…).

Je crois que les écoles d’ingénieur privées qui sont la référence en France sur leur spécialité se comptent sur les doigts d’une main.

+1 -0

Ce que je constate c’est qu’en France, il n’y a que les écoles publiques qui sont ouvertes à ceux qui n’ont pas les moyens. Et que du coup, ce sont les plus réputés car la demande est très forte. D’où la nécessité de bien préparer les concours post bac et de correctement travailler en prépa, L1/L2, ou IUT.

ache

Ben oui parce que c’est justement ça la différence : les écoles publiques sont financées par l’État alors que les écoles privées le sont par leurs élèves (et la taxe d’apprentissage).

Donc oui ça représente un coût important pour les élèves, mais ça n’en fait pas pour autant un prix insensé. Les formations publiques ont un coût élevé elles aussi, elles sont simplement mutualisées.

Niveau financement dans les écoles publiques, on est autour de 15 000 € par élève par an, ce qui est largement supérieur à ce qui se fait dans le privé, et est a peu près au niveau des universités pas chères des États-Unis.

À noter que jusqu’à récemment Supélec était une école privée abordable 1. Les frais de scolarité était de environ 2000 € (très loin des écoles privées classiques ~5–10 k€) avec des frais réduits à environ 600 € pour les boursiers. Ce genre de tarif est obtenu grâce à un partenariat avec l’État qui finançait seulement 50% du budget, le reste étant financé par des ressources propres (contrats de recherche, thèses CIFRE, études industrielles, programme de partenariats avec les entreprises, taxe d’apprentissage, etc). Les frais de scolarité représentant une part faible des ressources propres (environ 10 %). On peut donc être privé et abordable si on se débrouille bien.


  1. C’était une association loi 1901, mais maintenant l’école a fusionné avec Centrale et est maintenant sous un statut de droit public.

Édité par Aabu

+2 -0
Auteur du sujet

Bonjour à tous ! Tout d’abord merci beaucoup pour vos réponses pleines de gentillesse et de bienveillance, j’avais très peur des « trolls epita » qui tournent beaucoup … Donc merci énormément à vous ! Désolée de ne pas avoir pu vous répondre plus tôt, mes cours m’ont pris beaucoup de temps et je suis tombée malade par-dessus tout ça, mais me voici ! Et je vais essayer de répondre à tout le monde :D @ache Je recherche à obtenir de plus en plus d’autonomie, j’aime vraiment me casser le cerveau à chercher des solutions à des problèmes, quitte à ne rien dormir de la nuit (déjà vécue x)) De plus, je trouve le principe de projets très motivant ! Je crois qu’Epita (sauf erreur de ma part) est aussi à Lyon, et c’est ce que campus que je vise moi-même étant proche de cette ville 😊 Je t’avouerais que je ne savais pas réellement où me positionner concernant ma moyenne, donc tu me rassures ! Merci beaucoup pour ton commentaire :D @SpaceFox le souci c’est que j’ai regarder bien une vingtaine d’école d’ingénieure. Je cherche à finir en cybersécurité, mais je constate cette année que j’ai vraiment besoin de programmation pour adhérer à mon cursus, d’où le fait qu’Epita me paraissait être le bon compromis entre la cybersécurité disponible en majeur, mais aussi avec la programmation :D @Aabu Epita m’a le plus tapé dans l’œil concernant leur programme avant tout ! Certes j’en ai beaucoup entendu parler (que ce soit de la part de spécialiste dans l’informatique, de la part de mes profs ou de mon entourage) mais c’est avant tout le programme qui me motive 😊 Après si tu as des écoles à me conseiller je ne suis absolument pas contre la recherche ! Bien au contraire, j’adore lire les programmes des écoles :D @Ksass`Peuk J’avoue que l’approche est un peu spéciale au premier abord, mais elle reste quand même plus encadré qu’Epitech (qui n’est pas reconnu par la CTI lui) @Jacen Je sais bien que ça peut tout et rien dire, d’où le fait que je voulais malgré tout des renseignements parce que je suis relativement perdue niveau avenir 😊 Je sais que je veux faire de la cybersécurité, mais je ne sais pas par où passer et comment m’y prendre. Tout ce que je sais c’est que je veux faire de la programmation, et limiter au plus possible les maths, physique et télécommunication. Concernant leur orientation, c’est justement en recherche de ce côté pratique que je suis intéressée par Epita ! Et je suis très loin de dire que c’est une excellente école, je cherche juste à trouver celle qui me fera apprécier au maximum mes études 😊 Après pour ce qui est des deux écoles que tu as cité, je crois qu’elles sont sur Paris ? De plus elles sont plus accès télécommunication et électronique je crois, donc des domaines qui m’intéressent relativement peu…. L’INSA Lyon, je l’ai beaucoup envisagée ! Mais la seule filière que je pouvais intégrer pour faire de la cybersécurité c’était la filière Télécommunication… Donc j’ai vite abandonné l’idée :/ En tout cas merci beaucoup pour tes conseils ! @Jeph C’est ce que tout le monde me dit de faire : essayer. Concernant l’ENSIMAG elle est très accès mathématique non ? Mais j’irais jeter un œil :D

Pour ce qui est du débat sur est ce qu’Epita justifie le prix, j’ai tout lu et pris en compte, mais je ne sais pas réellement quoi dire, ne m’estimant pas encore apte à pouvoir répondre sans avoir connu le public ou le privé en terme d’école d’ingénieur 😊

Édité par Iausa

+0 -0

Je sais que je veux faire de la cybersécurité, mais je ne sais pas par où passer et comment m’y prendre. Tout ce que je sais c’est que je veux faire de la programmation, et limiter au plus possible les maths, physique et télécommunication.

Une grosse part de la cybersécurité c’est quand même la crypto et les techniques de transferts de données. Tu y arriveras pas sans maths, physique et télécoms …

Je recherche à obtenir de plus en plus d’autonomie, j’aime vraiment me casser le cerveau à chercher des solutions à des problèmes, quitte à ne rien dormir de la nuit (déjà vécue x))

Tu es jeune et je comprends ton enthousiasme. Mais dans la vie professionnelle, ne pas dormir la nuit c’est nuire à soi même et à son travail.

L’école d’ingé doit aussi te servir à te professionnaliser et être apte à intégrer une entreprise. Ça passe aussi par savoir travailler à des horaires fixes et non délirants.

+0 -0

@ache J’avoue que mes informations datent un peu, mais il y a > 10 ans, c’était possible d’avoir un prêt étudiant assez simplement dans le cas que je décris. Ça a pu changer.

Ben oui parce que c’est justement ça la différence : les écoles publiques sont financées par l’État alors que les écoles privées le sont par leurs élèves (et la taxe d’apprentissage).

entwanne

La taxe d’apprentissage finance aussi le public, le supérieur que j’ai fait (DUT et école d’ingé, tous deux publics) le faisait bien savoir à leurs anciens élèves.

L’école d’ingé doit aussi te servir à te professionnaliser et être apte à intégrer une entreprise. Ça passe aussi par savoir travailler à des horaires fixes et non délirants.

Holosmos

J’ai eu un excellent professeur de programmation qui mettait des points en moins s’il y avait des fonctionnalités non désirées dans le programme. Les motivés pouvaient coder des trucs en plus, mais seulement après avoir obtenu son accord. Son argument, c’était que si tu fais ça en entreprise :

  • Tu perds du temps sur quelque chose qui ne va potentiellement servir à rien et ne répondre à aucun besoin.
  • Tu risques d’introduire des bugs ou des régressions.
  • Même si c’est utile, c’est invendable puisque tu le fournis gratuitement au client.

L’école d’ingé doit aussi te servir à te professionnaliser et être apte à intégrer une entreprise. Ça passe aussi par savoir travailler à des horaires fixes et non délirants.

Holosmos

Je suis pas tout à fait d’accord avec ce point. Oui les études sont professionnalisantes, mais c’est aussi justement le moment de profiter avant l’entrée dans le monde professionnel, dans le cadre qui est le tien.
Et si ton kif c’est de buter jusqu’à pas d’heure sur des problèmes informatiques autant y aller à fond, tu travailles à ce moment-là pour toi et non pour une entreprise.

Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte