L'immunité, ça dure combien de temps ?

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Bonjour tout l’monde !

Une question me traverse l’esprit depuis quelques jours. De ce que j’ai compris, lorsque le système immunitaire adaptatif parvient à produire des lymphocytes sensibles à un antigène, ces derniers restent présents dans l’organisme pendant un certain temps - permettant de parer une nouvelle agression du même type (bon, j’imagine que j’ai grossièrement résumé, je m’en excuse par avance). Toutefois:

Combien de temps le système immunitaire se "souvient" d’un antigène ? Est-ce variable en fonction du corps étranger ? Et si il y a une "date limite", lors d’une nouvelle agression, le système immunitaire repart-il réellement de 0 pour combattre l’antigène ?

Je me doute que ce ne sont pas des questions évidentes, donc je serai déjà content si j’obtiens des réponses pour l’une d’entre-elles. :)

Merci d’avance !

Édité par Songbird

The most inflated egos are often the most fragile.

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

C’est ce qu’on appelle la mémoire immunitaire, en lien avec (notamment) le système immunitaire adaptatif. Pour en savoir plus.

Pour en savoir plus sur les Lymphocyte B à mémoire :

Si tu as besoin d’une source plus détaillée ou d’autres questions, n’hésite pas :)

Édité par Arius

Assez occupé IRL — MP au besoin. Je ne mords pas (toujours)

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Concrètement, ça dépend … C’est pour cela qu’il faut faire des rappels pour certaines vaccinations (le tétanos par exemple).

Les lymphocytes T à mémoire gardiens de l’immunité

La vaccination et les lymphocytes T à mémoire
La vaccination consiste à introduire dans l’organisme un agent (virus, bactérie ou molécule) qui va sensibiliser le système immunitaire – ou l’immuniser – sans être pathogène. L’efficacité du procédé repose sur l’induction d’une réponse immunitaire mémoire protectrice (lymphocytes T à mémoire). La compréhension de la différenciation et du maintien des lymphocytes T à mémoire représente un enjeu important pour la mise au point de nouveaux vaccins. En effet, les lymphocytes T à mémoire qui ne sont en compétition avec aucun autre lymphocyte T survivent à long terme. Cette vaccination ne nécessite donc pas de rappel. En revanche, certains lymphocytes T à mémoire peuvent entrer en compétition, ce qui entraîne une diminution de taux de cellules à mémoire. De ce fait, ce phénomène induit la nécessité de rappels. Depuis 1999, il a été démontré que les cellules T à mémoire spécifiques de certains antigènes sont capables de se maintenir en nombre relativement constant, même longtemps après la réponse primaire engendrée par un antigène et en situation de compétition. Encore peu connu, ce phénomène représente, à ce jour, la théorie la plus plausible pour expliquer que certains vaccins ne nécessitent pas de rappels.

Édité par etherpin

Il se faut s’entraider, c’est la loi de la nature. (Jean de La Fontaine, l’âne et le chien)

+0 -0

Et du coup, je me souviens aussi qu’il y a un phénomène d’immunité collective en fonction de la couverture vaccinale. Est-ce que ça veut dire que même si on est vacciné, on pourrait quand même être contaminé par le pathogène ? Parce qu’il me semble que les lymphocytes, dans tous les cas, ne sont pas fiables à 100%.

+0 -0

Si je dis pas de bêtise, si la signature du pathogène est différente (en cas de mutation), l’efficacité baisse.

La tero estas nur unu lando | Géographe de service | Cliquez 👍 pour dire merci

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

AMHA :

L’immunité collective, c’est quand une grande partie de la population est immunisée, avec pour conséquence qu’un pathogène ne peut pas provoquer une épidémie. C’est pour cela que les anti-vaccin sont des criminels, en refusant la vaccination, ils ruinent l’immunité collective.

Après, la vaccination, c’est un procédé pour immuniser un sujet sans pour autant qu’il soit infecté par le pathogène. Mais ça ne marche pas toujours. Par exemple, le virus de la grippe saisonnière est sujet à des mutations, ce qui fait que le vaccin est changé tous les ans et que son efficacité n’est pas garantie.

Ensuite, tous les sujets ne développent pas une immunité acquise. A vrai dire, en biologie, 100%, ça n’arrive jamais.

Il se faut s’entraider, c’est la loi de la nature. (Jean de La Fontaine, l’âne et le chien)

+0 -0

Je veux dire que je me souviens avoir lu qu’il fallait qu’un vaccin atteigne 80% de couverture vaccinale pour qu’il soit efficace (alors là, j’ai aucune idée de quel vaccin c’était par contre). Ça parlait d’éviter que la maladie en question ne revienne. Est-ce que c’est uniquement pour protéger les personnes non vaccinées, ou est-ce que même les personnes vaccinées pourraient la contracter si la maladie revenait, c’est la question que je me pose.

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Les vaccins ne sont pas efficaces sur tout le monde, et tout le monde ne peut pas être vacciné. C’est pour ça que l’on vise une couverture élevée, de telle manière que si quelqu’un développe la maladie (qu’elle qu’en soit la raison), la propagation soit suffisamment ralentie/évitée pour qu’elle ne se propage pas.

Prenons un exemple concret et actuel : le coronavirus. Les chiffres dependent, mais indiquent un R0 aux alentours de 3. C’est à dire que chaque personne contaminée va à son tour en contaminer 3 en moyenne. On voit donc très bien que si le R0 est plus grand que 1, on a de plus en plus de malades, et le contraire s’il est plus petit que 1. Maintenant, si 67% de la population est immunisée (vaccin, ou déjà eu la maladie (même si ce n’est pas encore démontré dans ce cas précis que ça confère une immumnité.)), le R0 sera en moyenne d’environ 1, et il n’y aura pas de croissance "exponentielle". C’est la même chose pour les autres maladies, avec des R0 différents, et donc des taux de couverture différents.

À noter que le R0 peut être diminué de plusieurs manières : rester chez soit, se laver les mains, porter un masque, etc…

Pour la question originelle de l’immunité, ça va dépendre des maladies et des patients. Sans source aucune, de mémoire, il me semble avoir lu que pour le SARS, l’immunité avait duré entre quelques mois et plusieurs années selon les personnes. Et comme mentionné plus haut, il faut des rappels pour les vaccins, dont le nombre et l’espacement dépend de la maladie.

Édité par Rockaround

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Je veux dire que je me souviens avoir lu qu’il fallait qu’un vaccin atteigne 80% de couverture vaccinale pour qu’il soit efficace (alors là, j’ai aucune idée de quel vaccin c’était par contre). Ça parlait d’éviter que la maladie en question ne revienne. Est-ce que c’est uniquement pour protéger les personnes non vaccinées, ou est-ce que même les personnes vaccinées pourraient la contracter si la maladie revenait, c’est la question que je me pose.

Cela dépend en fait de la capacité de propagation d’un virus. Plus un virus se propage vite (R0 élevé), plus la couverture doit être large pour fonctionner.

C’est d’ailleurs comme ça que tu fais disparaître une maladie dont le seul exemple moderne est la variole. En vaccinant assez de gens dans le monde, la variole ne pouvait plus se diffuser et au bout d’un certain temps a fini par disparaître.

Et c’est pour cela que la polio est en voie de l’être bien qu’il y a quelques difficultés encore. Mais c’est aussi pour ça qu’on n’essaye pas avec d’autres maladies comme la rougeole car il est illusoire d’avoir une couverture vaccinale mondiale suffisante à ce stade.

Les vaccins ne sont pas efficaces sur tout le monde, et tout le monde ne peut pas être vacciné. C’est pour ça que l’on vise une couverture élevée, de telle manière que si quelqu’un développe la maladie (qu’elle qu’en soit la raison), la propagation soit suffisamment ralentie/évitée pour qu’elle ne se propage pas.

Selon le type de vaccins, cela peut même être dangereux avec des immuno déprimés ou nourrissons. Ou pas efficaces pour d’autres vaccins. D’où l’importance de se vacciner, cela peut empêcher de rendre malade quelqu’un de plus fragile.

À noter que le R0 peut être diminué de plusieurs manières : rester chez soit, se laver les mains, porter un masque, etc…

Ou des capotes, pour les MST…

Pour la question originelle de l’immunité, ça va dépendre des maladies et des patients. Sans source aucune, de mémoire, il me semble avoir lu que pour le SARS, l’immunité avait duré entre quelques mois et plusieurs années selon les personnes. Et comme mentionné plus haut, il faut des rappels pour les vaccins, dont le nombre et l’espacement dépend de la maladie.

Si je me souviens bien, cette immunité dépend du marqueur utilisé pour détecter l’agent infection ou la toxine, si celui-ci est facile à détecter, s’il n’évolue pas trop dans le temps à cause des mutations et si évidemment le système immunitaire a suffisamment de survivants pour avoir une immunité durable vis à vis de cette infection.

Comme tout en biologie, difficile d’avoir un système fiable pour tout le monde à 100%.

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora. #JeSuisArius

+0 -0
Auteur du sujet

Salut !

et si évidemment le système immunitaire a suffisamment de survivants pour avoir une immunité durable vis à vis de cette infection

Je ne savais pas qu’il fallait que le système immunitaire conserve des cellules survivantes pour établir une mémoire. Il ne me semble pas avoir lu quelque chose à ce sujet (ou alors je ne l’ai pas compris dans ce sens). Aurais-tu une source ?

EDIT: merci à tous pour vos réponses en tout cas, c’est super intéressant ! :)

Édité par Songbird

The most inflated egos are often the most fragile.

+0 -0

Salut !

Je ne savais pas qu’il fallait que le système immunitaire conserve des cellules survivantes pour établir une mémoire. Il ne me semble pas avoir lu quelque chose à ce sujet (ou alors je ne l’ai pas compris dans ce sens). Aurais-tu une source ?

EDIT: merci à tous pour vos réponses en tout cas, c’est super intéressant ! :)

Songbird

J’ai mis une citation de Wikipedia à ce sujet dans mon post du 01/04/2020 à 0:40. Tu devras trouver des références dans cet article là.

Il se faut s’entraider, c’est la loi de la nature. (Jean de La Fontaine, l’âne et le chien)

+0 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte