Licence CC 0

De l'imaginaire à la matrice

Travailler plus simplement avec les nombres complexes, en utilisant des matrices réelles

Publié :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Lorsqu’on fait des mathématiques, on remarque souvent des liens entre 2 domaines de la matière. Dans ce billet nous allons voir un lien étonnant entre les nombre complexes et les matrices. Celui-ci est utile pour des langage qui ne gèrent que des matrices, par exemples.

Prérequis :

  • Connaitre les nombres complexes
  • Connaitre les matrices

Rappel sur les nombres complexes

Soit un nombre complexe z=a+ibz = a +ib, avec (a,b)R2(a, b) \in \mathbb{R}^2 et i2=1i^2 =-1. On dit que aa est la partie réelle de zz et bb la partie imaginaire.

Opérations sur les complexes

Soient y=c+idCy = c +id \in \mathbb{C},

y+z=(a+ib)+(c+id)=(a+c)+i(b+d)y×z=(a+ib)×(c+id)=ac+aid+ibc+i2bd=(acbd)+i(ad+bc)\begin{aligned} y + z &= (a+ib) + (c+id) = (a+c) + i(b+d)\\ y\times z &= (a+ib)\times (c+id) = ac +aid+ ibc + i^2bd = (ac-bd) + i(ad+bc) \end{aligned}

Rappel sur les matrices

Une matrice est un objet mathématique plusieurs nombres ordonnés en lignes et colonnes. Nous nous arrêterons dans ce billet aux matrices M2M_2 possédant 2 lignes et 2 colonnes.

Soient les matrices suivantes :

A=(a1,1a1,2a2,1a2,2),B=(b1,1b1,2b2,1b2,2)A = \begin{pmatrix} a_{1,1} & a_{1,2}\\ a_{2,1} & a_{2,2} \end{pmatrix}, B = \begin{pmatrix} b_{1,1} & b_{1,2}\\ b_{2,1} & b_{2,2} \end{pmatrix}

Opérations sur les matrices

A+B=(a1,1+b1,1a1,2+b1,2a2,1+b2,1a2,2+b2,2)A×B=(a1,1b1,1+a1,2b2,1a1,1b1,2+a1,2b2,2a2,1b1,1+a2,2b2,1a2,1b1,2+a2,2b2,2)\begin{aligned} A + B = & \begin{pmatrix} a_{1,1}+b_{1,1} & a_{1,2}+b_{1,2}\\ a_{2,1}+b_{2,1} & a_{2,2}+b_{2,2} \end{pmatrix}\\ A \times B = & \begin{pmatrix} a_{1,1}b_{1,1} + a_{1,2}b_{2,1} & a_{1,1}b_{1,2} + a_{1,2}b_{2,2} \\ a_{2,1}b_{1,1} + a_{2,2}b_{2,1} & a_{2,1}b_{1,2} + a_{2,2}b_{2,2} \end{pmatrix} \end{aligned}

On remarque qu’en général avec les matrices A×B=B×AA\times B \not= B \times A

Transfomer le complexe en matrice

L’astuce présentée ici, est assez simple.

Si on écrit un nombre complexe a+iba +ib tel la matrice (abba)\begin{pmatrix} a & -b \\ b & a \end{pmatrix} on retrouve les bonnes propriétés des complexes.

Ainsi :

(a+ib)+(c+id)(abba)+(cddc)=(a+c(b+d)b+da+c)(a+c)+i(b+d)(a+ib)×(c+id)(abba)×(cddc)=(acbd(ad+bc)bc+adbd+ac)(acbd)+i(ad+bc)\begin{aligned} (a + ib) + (c + id) & \Rightarrow \begin{pmatrix} a & -b \\ b & a \end{pmatrix} + \begin{pmatrix} c & -d \\ d & c \end{pmatrix} = \begin{pmatrix} a+c & -(b+d) \\ b+d & a+c \end{pmatrix} & \Leftarrow & (a+c) + i(b+d) \\ (a + ib) \times (c + id) & \Rightarrow \begin{pmatrix} a & -b \\ b & a \end{pmatrix} \times \begin{pmatrix} c & -d \\ d & c \end{pmatrix} = \begin{pmatrix} ac-bd & -(ad + bc) \\ bc + ad & -bd + ac \end{pmatrix} & \Leftarrow & (ac-bd) + i(ad +bc) \end{aligned}

On remarquera aussi que le déterminant de la matrice vaut le carré du module du complexe.


On a donc vu qu’un nombre complexe pouvait s’écrire comme une matrice particulère afin d’utiliser des complexes dans des langages qui ne gèrent que des matrices.

10 commentaires

"Des langages qui ne gèrent que les matrices".

qui c’est qu’a pris le dixième token ? j’arrive pas à ouvrir le logiciel !

(en vrai y’a pas que lui, mais la périphrase est trop évidente)

+1 -0

"Des langages qui ne gèrent que les matrices".

qui c’est qu’a pris le dixième token ? j’arrive pas à ouvrir le logiciel !

(en vrai y’a pas que lui, mais la périphrase est trop évidente)

artragis

Il gère les complexes, par contre…

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+1 -0

Ow, un article sur des rotations ! :D

C’est une chtite blague. sachant que les nombres complexes et leurs matrices peuvent être vus comme des rotations :p ce qui permet de rendre la correspondance assez immédiate quand on connaît les deux :p

Édité par lhp22

+1 -0

D’ailleurs sur ce point, l’effort à fournir est minimal puisqu’il suffit de factoriser la matrice par la norme du complexe pour voir apparaître la matrice de rotation d’angle l’argument du complexe.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+1 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte